Assemblée Générale Fédération 5-6 Novembre 2016

Synthèse    AG de la FFACC – Bouvines – Nord    4-5-6 novembre 2016

  • 1 – En deux mots
  • Lieu : centre de formation de l’UFCV (centre de vacances) à Bouvines à proximité de Lille.
  • Environ 120 présents dont des accompagnants, soit 34 adhérents sur 36, plus 9 autres partenaires ou organismes associés et 7 européens. 2 nouveaux adhérents enregistrés à la fin de l’AG.
  • Plutôt une bonne ambiance, avec des discussions, du temps pour des questions, une variété de sujets traités
  • Le bureau (10 membres) se plaint de la faible participation des adhérents aux actions de la Fédé et à son animation, en retour ceux-ci demandent davantage de services rendus, très concrets, à la carte. J’ai senti qu’il y avait peut être un décalage entre cette demande du terrain et la Fédé qui traite de grands sujets : liens avec le Ministère de la Culture, l’ACIR, le Conseil de l’Europe, le chapitre de Santiago, la FFRP, Europa Compostella au Puy, accueil francophone à Santiago. Les participants  expriment cependant  la  nécessité d’avoir cette coordination et cette représentation  au plan national.
  • Il est apparu que beaucoup de présidents d’associations ne répercutent pas à leurs adhérents les informations diffusées par la Fédé, notamment la lettre d’info.
  • 2 membres du bureau ont démissionné, ils étaient chargés de la Communication et d’internet. Il n’a pas été facile  de trouver leurs successeurs (un ancien président de l’assoc. d’Auvergne et un membre de celle d’Eure et Loir, spécialiste du numérique.
  • Le Président a également annoncé qu’il passera la main à l’AG 2017 qui devrait se tenir en octobre au Puy. 
  • 2 – Gouvernance
  • Les nouveaux statuts ont été adoptés mais il y a eu quelques abstentions et votes contre. La principale critique portait sur la CPP (Commission permanente des Présidents). Certains ont souhaité qu’un président d’une assoc. puisse se faire représenter (exemple de quelques associations où le Président ne s’intéresse peu à la Fédération). Arguant de difficultés pour gérer les pouvoirs et les adresses mails, le Président est resté sur sa position. 
  • 3 -Quatre ateliers thématiques
  • Un atelier d’une heure par voie, sur quatre thèmes

                              -Signalétique, cartographie, responsabilité civile

                              -animation/promotion, attirer les jeunes,  mutualisation

                               -culture et patrimoine 

                               -accueil pèlerin

  • Quelques remarques notées sur l’atelier patrimoine que j’ai suivi : les associations connaissent mal l’histoire jacquaire et devraient davantage y sensibiliser leurs membres, surtout lorsqu’ils sont en contact avec de futurs pèlerins. Des associations font intervenir des professeurs d’histoire de leur environnement. D’autres font des soirées musicales pour ouvrir de nouveaux horizons. Les assoc. pourraient davantage mettre en valeur le patrimoine jacquaire.
  • Intervention remarquée de l’historienne Denise Péricart Méa (également de la Fondation David Parou). C’est elle qui a remis à plat les grands mythes du chemin…
  • -idée de faire une base de données à la Fédé sur le patrimoine jacquaire, alimentée par les associations et la Fondation Parou.
  • En France, le classement Unesco (Bien 868) ce sont 78 monuments et quelques morceaux du chemin
  • Propositions émises : créer une commission thématique patrimoine et culture, sensibilisation des Offices de tourisme sur le patrimoine jacquaire, se rapprocher des mouvements scouts pour sensibiliser les jeunes, intervention dans les classes

– Aucun écho avec les médias nationaux, il faut davantage travailler avec la presse locale.. mais certains ont rappelé que l’objectif est davantage de  « partager » l’esprit et le plaisir du chemin que de le vendre…

– à noter, en 2017 les 30 ans du «  label Itinéraire Culturel européen » et en 2018, les 20 ans du classement Unesco.

 

  • 4- Les associations étrangères
  • Il y en avait 7 : GB, NL, 2 Belgique, 2 Allemagne, Suisse. En général elles ont beaucoup d’adhérents (14.000 aux Pays Bas, dont 2000 pélerins traversant la France chaque année et beaucoup de cyclistes qui recherchent les chemins plats – Voie de Tours). Les concertations se développent avec les assoc. françaises frontalières.
  • Des marches inter associations , françaises et de l’autre côté de la frontière sont organisées. Plusieurs d’entre elles gèrent un refuge en Espagne : les Hollandais à Roncevaux, les Anglais à Rabanal, la Belgique à Los Arcos et l’Allemagne en France sur la voie de Vézelay). Deux sont adhérentes de la voie de Vézelay. Certains ont soulevé le défi des nouvelles technologies : avec internet quel besoin d’adhérer à une association ? pour partager a répondu tout le monde !

5 – Rapport d’activités 2016 et actions 2017

  • Avec l’administration, il y a un Préfet coordonnateur qui souhaite célébrer les 20 ans du classement Unesco (2018) par des évènements qui mobiliseront la Fédération et ses adhérents.
  • Accueil au Puy : tant qu’il n’y a pas de loyer à payer, la Fédération y reste : les locaux vont être « relookés ». On nous demande des photos pour illustrer le chemin dans notre territoire. Les permanenciers font aussi la promotion de nos associations.
  • Au Puy,  300 visiteurs dont 20% d’étrangers et 3.500 pélerins. Mais seulement  12 associations sur 36 « envoient » des accompagnants. En 2016 chaque accompagnant a reçu une  indemnité de 50 € de la Fédération.
  • important : le planning 2017 sera bientôt en ligne.
  • Site internet : fréquentation en baisse de 20 % ; beaucoup de visiteurs ne trouvent pas les infos qu’ils recherchent ; en 2017 rendre le site plus accueillant et dynamique
  • Sur le site, trop peu de documents sur les associations membres, mais Michel Dauzon est reconnu comme un bon fournisseur.
  • Centrale d’achat pour les autocollants de balisage (commandes par paquets de 50, autocollants spécifiques pour les traversées de ville – plus petits). Stock de 2500 sur une commande de 6000.
  • L’Administration demande une carte à jour des chemins jacquaires en France. Il y aurait beaucoup de nouveaux chemins de raccordement. Par exemple, en Normandie, le chemin Dieppe – Rouen – Evreux- Chartres- Tours vient d’être balisé.
  • Santiago : le chapitre admet que les pays étrangers peuvent délivrer les crédentiales à leurs pèlerins.
  • Budget : le bénévolat y est valorisé pour 85.000 € (plus de 3000 heures), le résultat est positif avec un solde de 7.000 € et 26.600 € sur le livret A.
  • La demande d’une assistance juridique pour les associations va être étudiée
  • Il est proposé que la Fondation Parou soit membre associé de la Fédération pour nourrir le volet culturel et historique.
  • Les liens avec la Société Française ne sont pas simples mais s’améliorent, il faut être patient.
  • Se mobiliser pour les 30e et 20e anniversaire en 2017 et 2018. L’AG 2017 se tiendra concomitamment à un grand forum européen au Puy.
  • Les chemins de Compostelle ne sont pas exclusifs, il y a une forte demande pour coopérer avec les acteurs de la voie Francigena par exemple.
  • Chaque association doit se rapprocher de l’accueil francophone à Santiago car il peut informer le pèlerin de l’existence d’une association locale là où il habite (4500 contact en 2016, mais 1 personne peut représenter 3 contacts : la messe, la visite, la réunion..). Les accueils français et étrangers déchargent le bureau  officiel des Pèlerins . 10.000 francophones seraient passés à Santiago en 2016. L’accueil donne une note finale  au pèlerinage du pèlerin… C’est le mot de la fin.

Marc Tassel

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *