Camino Mozarabe -1ère partie

Camino Mozarabe – 1ère Partie – 9 Étapes de Almeria à Granada

Du 24 Août au 1er Septembre 2017

Ces étapes se déroulent sur les bords de ce massif grandiose de la Sierra Nevada.
Des parcours exigeants avec de nombreux dénivelés sous des températures proches de 40 degrés.
Une nature sauvage, austère, rocailleuse avec de nombreux itinéraires dans le lit de Rios asséchés…

L’Association Almeria-Granada m’a réservé un accueil fraternel et s’est mise en quatre pour que je puisse disposer
de toutes les informations me permettant d’être en sécurité et de pouvoir disposer des hébergements les mieux adaptés.

J’étais le seul pèlerin à cette période, suivi par un parisien à une semaine d’écart…
Je partais souvent entre 5 et 6 heure du matin pour éviter les grosses chaleurs du début de l’après midi.
La récompense était donnée chaque jour par la nature qui faisait surgir en moi un émerveillement sans cesse renouvelé…

En quelques lignes je vais essayer de vous partager les sensations, les images, les découvertes, les émerveillements,
enfin tout ce qui fait la richesse de cette belle Andalousie que traverse le Camino Mozarabe.

Les premières étapes se déroulent entre orangeraies et oliveraies dans le parfum des massifs de Jasmin
qui répandent leurs parfums tout au long du Chemin…

Puis on entre dans un décor lunaire sur des pistes qui alternent vallons et sommets
avec de nombreux passages au fond de Rios à sec sur lesquels il n’est pas facile de marcher…

Alternance de petites routes et de chemins caillouteux, avec de temps à autre un pueblo
qui vous accueille avec son bar, son Coca et son assiette de Jamón Iberico.

Le Chemin épouse les contreforts de la Sierra Nevada ce qui explique les difficultés rencontrées…
Dans cet environnement, il n’y a as de pistes enrubannées dans de grands espaces sans dénivelés…

Chaque mètre a sa pente, vers le bas ou vers le haut… Mais en contrepartie. Les paysages sont sublimes…

Le cheminement pendant plusieurs jours se fait à une altitude variant entre 1000 et 1300 mètres
serpentant de vallons en collines au milieu des champs d’amandiers…

Le panorama est d’une beauté saisissante, d’un côté la Sierra Nevada enfouie dans les nuages,
de l’autre côté, une plaine immense traversée par une cohorte d’éoliennes avec des dégradés de couleurs
que seule la nature, comme un peintre divin, peut réussir !

Les collines sont couvertes d’amandiers alors que nous sommes à près de 1300 mètres d’altitude !

Avant d’arriver à Guadix, c’est une longue chevauchée dans « Las Carcavas del Bad Land »
sorte de défilé entouré de colonnes rocheuses aux formes étranges…
L’entrée dans Guadix se fait par le quartier des Cuevas, ou maisons troglodytes…

A la sortie de Guadix, il y a un défilé rocheux qui va en se resserrant et qui offre un panorama saisissant…
Masses rocheuses aux formes arrondies, coniques ou déchiquetées qui font penser au Val d’enfer des Baux de Provence…

Le site de Marchal est exceptionnel avec ses formations d’argile ou « Carcavas » et ses monuments rocheux
travaillés au cours des siècles par l’érosion au pied desquels se blottissent de belles habitations.

Marchant souvent de nuit, les étoiles me font voyager un temps dans ce vaste univers
qu’un jour sans doute les hommes pourront explorer…

Mais pour l’heure je ne suis qu’un petit pèlerin dont les pas se perdent dans cette immensité !…

Et l’arrivée à Grenade…  C’est sublime ! Avec en prime la visite de l’Alhambra le joyau arabe de l’Andalousie…


 Cliquez sur la photo pour afficher un Diaporama…

 

Bookmarquez le permalien.

5 Comments

  1. Hola amigo Miguel !
    Comme j’ai suivi tes pas depuis le début en passant par ta Page Facebook… ce grand texte répond bien aux multiples questions que j’allais certainement te poser lors de ton retour chez toi… je vois que tu as même marché de nuit pour éviter le cagnard…ça devait être géant ! sur le Levant je l’ai fait deux fois… je trouvais ça extraordinaire et j’en conserve un merveilleux souvenir, surtout que cela avait été 2 nuits où j’avais dormi à la belle étoile…une fois à l’intérieur d’une ruine, et la 2ème fois, sur le bitume d’un poste EDE ( Electricité d’Espagne )… dont le béton était encore chaud de la journée…
    Je pense que tu vas nous ramener des clichés formidables de la Sierra Nevada…où j’aurais bien aimer crapahuter ! ce sera certainement dans ton topo à paraître dans ton superbe Site sur ton Chemin de Compostelle !
    Gilberto

  2. Quel parcourt. Et quel courage. Je vous envie beaucoup.
    Amicalement.
    FEDERICA Martinazzo

  3. Merci pour ce récit d’une partie de ton cheminement.

  4. Coucou Michel
    Il est 23 h en ce mardi 12 septembre et je viens de lire ton récit merveilleux qui nous laisse désireux de partir à la découverte de ce chemin dont tu nous fait rêver (malheureusement je ne suis pas sur Facebook et n’avait rien suivi de ton chemin à part quelque nouvelles par les amis de l’assos). Encore merci de ton compte rendu et bonne pérégrination pour les jours à venir.
    Maryvonne

  5. Merci de nous faire partager si bien tant de merveilles !

Invitation à écrire un commentaire...