Aller à Compostelle à bord du Belem

A l’occasion des 20 ans de l’inscription, l’association Bordeaux Compostelle a proposé de devenir marin durant 7 jours
du 18 juin au 24 Juin 2018, en participant à un pèlerinage maritime hors du commun à bord du voilier le Belem.

Alain Witrand a répondu à cet appel et nous raconte cette odyssée…

J’ai eu le grand avantage, à l’invitation de l’Association des Amis de St Jacques de Bordeaux, de pouvoir embarquer à bord du Belem
affrété pour un « Pèlerinage de Compostelle Maritime » (reconnu par une Compostela  particulière car il correspondait à un chemin
effectivement parcouru par les pèlerins en provenance des pays nordiques)

Avec  mes 47 compagnes et compagnons, nous nous sommes retrouvés à bord, munis d’un uniforme de matelot,  et après une bénédiction
d’envoi, 
nous avons appareillé en convoi avec une dizaine de grands voiliers invités à la fête du vin (pas une mince affaire à Bordeaux)
et face à des quais noirs de monde en dépit d’un solide  crachin breton .

Pendant la descente de la Gironde, un solide briefing nous a initié aux tâches maritimes et ménagères qui nous incomberaient pendant
ces 5 jours (et nuits) de navigation jusqu’au port de La Corogne.  Divisés en 3 tiers pour faire le quart (bien sûr) nous étions chargés,
sous les ordres d’un équipage de 13 pros d’assurer la barre, le veille à l’avant et les manœuvres de voiles (fréquentes de jour comme de nuit
pour tirer le meilleur parti de ce superbe bateau de 700t naviguant entre 2 et 8 noeuds  selon le vent).

Côté distractions, pour les rares moments creux, regarder et admirer encore et encore la mer calme ou agitée, l’escorte des dauphins,
grimper dans la mâture, briquer le pont et les cuivres, et la conférence du commandant sur la longue vie du Belem,
le plus âgé des grands voiliers en service (126 ans).

Arrivés à La Corogne, nous avons ressenti la honte d’embarquer dans un bus vers Fisterra puis Santiago où nous étions hébergés
dans la magnifique Hospederia Seminario Mayor.

Le lendemain le bus nous a déposé au Monte do Gozo et nous avons parcouru 5km à pied (oui, oui !) jusqu’à la Cathédrale
avant la messe des pèlerins, où 50 places nous étaient réservées juste en face du Botafumeiro et où j’ai eu la désagréable impression
de tricher face aux pèlerins qui, eux, arrivaient à pied !

A l’issue d’un pot au Parador offert par les autorités locales, il ne nous restait plus qu’à prendre le bus vers Bordeaux (14heures)
suivi pour moi par 7h30 de train vers Toulon.

Au total un excellent souvenir de vivre à bord de ce magnifique grand voilier et de participer à sa conduite  avec un équipage professionnel,
chaleureux et avide de nous apprendre leur métier.

J’espère retrouver le Belem lorsqu’il fera escale à Toulon fin août ou à Marseille !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les commentaires sont clos.