Informations pratiques


GilbertCes quelques « conseils » au pèlerin sont tirés avec son autorisation du blog d’un adhérent de l’ASJTV Gilbert d’Ahuy : « Le Chemin des étoiles » qui a parcouru plusieurs Chemins depuis 2001.

 

Partir à Compostelle…

Quelques précisions : Tout le monde peut partir à Compostelle, à condition d’être très motivé, d’être un bon marcheur ayant pratiqué de la randonnée régulièrement, d’être en bonne santé et de disposer de quelques revenus, car tout n’est pas gratuit, comme certains pourraient le croire, sur les Chemins de Saint-Jacques.

Etre un peu « baroudeur » pour accepter la vie en communauté dans les gîtes ou auberges avec les désagréments habituels tels que la proximité, les odeurs, les ronflements, parfois des dortoirs exigus et mal aérés, des cuisines souvent peu équipées, des douches froides, le manque de chauffage etc…Tout ce qui peut nous changer de notre confort habituel !

On peut partir pour diverses raisons, qu’elles soient spirituelles, philosophiques, existentielles ou simplement répondant au besoin de rompre avec la monotonie de la vie, de se libérer pour un temps des contraintes et obligations, de se lancer dans une nouvelle aventure qui permette de se dépasser, de sortir de son enfermement et d’aller à la rencontre des autres dans un esprit de partage et de fraternité.

Partir sur un Chemin de Compostelle, ce n’est pas une randonnée de quelques jours, mais c’est s’engager, avec humilité, courage et abnégation, pour un périple souvent de plusieurs semaines, à affronter les épreuves que constituent les marches quotidiennes par toutes sortes de temps, soleil de plomb, froid, vents violents, orages, pluie continue, voir neige selon la saison… Ayant accepté par avance ces divers inconvénients et vicissitudes qu’il faudra affronter sur le Chemin, le pèlerin peut alors larguer les amarres et entamer sa pérégrination le cœur léger, l’esprit empli de liberté le corps mû par une force et un bien-être jamais ressenti auparavant.


Le Sac à dos :

Prenez bien tout votre temps pour l’acquisition d’un sac à dos, qui doit être à la fois, pratique, léger et solide, avec une bonne ceinture ventrale large et rembourrée, un bon renfort dorsal, une armature qui épouse parfaitement la forme de votre dos, une petite sangle très solide sur la poitrine, assez haute pour les dames. 2 petites anses de soutien du sac qui aident à remonter le sac et à alléger vos mains pour une meilleure circulation du sang… 2 pochettes sur le côté, où vous mettrez des chose légères, surtout pas l’eau qui se vide régulièrement et se réchauffe trop vite ! 2 sangles au-dessous pour le petit matelas ou au-dessus du sac, et surtout une bonne assise au sol, très important ! N’oubliez-pas le  » sur-sac à dos  » contre la pluie ou la neige, ainsi qu’un petit matelas en mousse, qui vous sera très utile dans certains cas… manque de lits par exemple…

Avant de remplir votre sac à dos, mettez un gros sac poubelle résistant à l’intérieur, afin d’éviter l’humidité et protéger vos affaires en cas de pluie diluvienne…. Une astuce pour conserver au frais quand il fait très chaud votre eau et votre nourriture, mettez-les à l’intérieur de votre sac à dos, entourées d’une veste polaire, c’est très efficace ! Veillez toujours à une bonne répartition du poids, très important ! Les objets les plus lourds au centre et près du dos, sans que cela ne vous blesse… Au-dessus du sac à dos, serrez bien les 2 sangles arrière en faisant votre réglage, dont vous ferez ensuite 1 nœud, voir même gros élastique, pour éviter qu’elles ne bougent lors de la marche, ainsi que la sangle ventrale, le plus près du corps et la petite sangle sur la poitrine bien ajustée. Votre sac à dos ne doit pas bouger, ni basculer, vous verrez, il vous paraîtra même plus léger à porter.

Pour 1 homme d’environ 70 kgs, son poids doit rester aux environs de 9 kgs maximum, plus la nourriture et l’eau de la journée, soit moins de 12 kgs, le 5ème du poids étant ainsi respecté. Pour une dame, 1 à 2 kgs de moins seraient bienvenus, quand c’est possible. Je vous conseille, même si vous n’avez pas l’habitude, de porter une petite sacoche ventrale où l’on pourra mettre le nécessaire que l’on utilise souvent, lors de la marche, pour éviter bien des efforts inutiles.

Un bon port du sac à dos sur une longue durée est primordial pour la réussite de votre pérégrination…
En ce qui concerne les affaires à emporter, (Ni trop, ni trop peu) on peut trouver sur Internet un certain nombre d’informations utiles…

Ci-dessous :
Quelques liens avec des sites qui proposent des listes types
de ce qu’il est souhaitable d’emporter sur le Chemin…
A chacun à partir de ces informations de se constituer sa propre liste en fonction des ses besoins,
de sa capacité de portage et de la période à laquelle se déroulera sa pérégrination !

 

IPSD1Les Chemins vers Compostelle

 

IPSD2Saint-Jacques 2015

 

IPSD3Site de Pierre Alglave

 

IPSD4Les Amis des Chemins de Compostelle en Vienne

____________________________________________________________________________

Une autre suggestion des affaires à emporter sur le Chemin
Cliquez ici

marcheur6____________________________________________________________________________

Comment se nourrir sur les Chemins ?

Trois grands problèmes journaliers pour les pèlerin(e)s: La forme physique, la nourriture et l’hébergement. Chacun bien entendu est libre de se nourrir selon ses habitudes. Toutes les indications que je donne et qui vont suivre, résultent de mon expérience de plusieurs années, sur les Chemins de Compostelle… Il y a très peu de cuisines équipées dans les auberges et gîtes, surtout en Espagne. J’ai donc décidé un jour par nécessité, pour ne pas aller sans cesse au restaurant, de faire l’achat d’un tout petit camping-gaz léger, avec une petite bouteille de gaz pas très haute, ça existe, un ustensile de cuisson ultra léger, le tout pour 6 à 700g… et j’ai laissé chez moi le thermos (500g) que je portais dans mon sac depuis 3 ans… Ce camping-gaz est génial, pour chauffer de l’eau, réchauffer des aliments, cuire des œufs etc… Indispensable pour être autonome ! et la cuisson est ultra-rapide.

Les liquides chauds sont presque plus importants que les liquides froids, surtout pour les muscles. Privilégiez les soupes, même si vous n’aimez pas trop cela, car elles contiennent des protéines, glucides, lipides, fibres et surtout des sels minéraux, n’oubliez-pas de prendre du sel et du sucre (dans des tubes Efferalgan, par exemple)) Ce que je prenais régulièrement dans mon sac, lors de mes derniers voyages : – Sachets de soupe. – Chocolat. – Nescafé, thé, et petit tube de lait concentré. – Une tablette de chocolat noir ( 70% minimum ). – Trois ou quatre 3 kiwis, c’est bourré de vitamines. – Une ou deux boîtes de conserves : sardines ou maquereaux, thon, pâté … – Quelques fruits secs et au lieu de transporter du pain, encombrant et qui sèche trop vite quand il fait chaud, privilégiez du pain de mie tranché, facile à tartiner pour faire des petits casse-croûte. – Un ou deux petits fromages secs de chèvre ou portions… Et trois ou quatre œufs durs ( camping-gaz! )

En arrivant à l’étape, achetez avant de chercher gîtes ou auberges, quelques fruits ( pommes ou oranges ) et quelques légumes à consommer rapidement sur place : radis, concombre, carottes ou petit-pois que j’ai toujours préféré consommer crus, c’est meilleur pour les vitamines… Même au cœur de l’Espagne, dans des pueblos perdus…, on peut se nourrir dans presque tous les Bars : Tapas, tortillas, bocadillos ( casse-croûtes ), platos ( Attention ! 1 seul suffit amplement ), salades composées à commander souvent, car elles sont rarement sur les comptoirs. Tout cela vous reviendra beaucoup moins cher que la restauration classique. Profitez-en aussi pour boire de la bière pression ( caña ), excellente en Espagne, très énergétique et digestive… Voilà ! Ce ne sont pas des conseils, mais uniquement un partage de vécu que je vous offre… ! Buen provecho ! Bon Appétit !

 

Comment soigner ses pieds ?

Voilà encore un autre grand problème permanent pour tous les pèlerin(e)s. Tout d’abord, savoir ménager son corps, partir toujours très tôt à l’aube, pour éviter de l’épuiser pendant les heures trop chaudes, surtout en Espagne au-delà de 13h…

Apprenez à marcher le plus droit possible, comme si on faisait le fier, cela déjà augmentera votre capacité de respirer, car l’oxygène est bien sûr, notre meilleur carburant pour le sang et les muscles. De ce fait, cela se fera naturellement, sans même vous en rendre compte, il vous faudra beaucoup de temps pour y arriver, votre allonge qui est pour certains de 70 cm, va automatiquement se réduire à 50 cm par exemple… Vous vous efforcerez de poser vos pieds le plus possible à plat, en évitant la marche tête baissée en avant et en tapant le sol, surtout le bitume, avec vos talons ( gare aux talonnades !, c’est l’horreur ! ), ni sur la pointe de vos pieds, ce qui déséquilibre tout votre corps ( gare aux fractures des petits os des pieds ).

20 kms à pied, 1 allonge de 50 cm ( c’est mieux ) : 40 000 petits pas ! 1 000 kilomètres : 2 millions de petits pas… à vous évader dans votre spiritualité ou vos poèmes… Je sais, c’est très dur de changer sa façon de marcher, j’ai mis presque 3 ans ! Mais vous y arriverez à force de volonté et vous éviterez de nombreux problèmes aux pieds, tendinites, crampes et douleurs musculaires aux jambes, sans oublier que vous n’aurez quasiment plus d’ampoules… C’est du vécu ! Marchez droit, respirez et expirez à fond régulièrement, et buvez énormément froid et surtout chaud ! Cela contribuera à préserver vos pieds, étonnant me direz-vous ! Même si vous n’avez pas soif, votre corps lui, en a besoin ! D’autre part, quand il fait chaud et sec, je préconise lors des pauses repas, d’enlever ses chaussures, les semelles intérieures et les chaussettes qu’on prend soin de retourner… Vos petits pieds vont désenfler…

Au niveau des soins : Certains préconisent bicarbonate, vinaigre blanc, bains salés, crèmes diverses…. Personnellement, j’ai depuis longtemps abandonné tout cela : Après votre douche chaude, laisser couler l’eau froide, voir glacée…Brrrr ! C’est dur ! Quelques minutes, du bas des pieds en remontant vers le haut des jambes, très important…c’est extra ! Cela enlève rapidement toute fatigue. Bien sécher et de suite badigeonner entièrement vos pieds avec de la Bétadine ( Petit flacon, c’est lourd ! ) avec du coton, attendre un peu que ça sèche naturellement, puis étendre de la crème Cétavlon, surtout entre les doigts et sous les ongles, cela vous évitera mycoses et autres cochonneries… Le matin, avant d’enfiler vos chaussettes, un peu de vaseline sur l’ensemble de vos pieds, méthode des espagnols !

Recommandation : Dès le retour chez-vous, arrêtez tous ces produits, y compris baumes et autres produits, car il faut bien savoir que tout cela pénètre gentiment dans votre sang ! Il existe sûrement d’autres méthodes, à chacun de les trouver, moi je ne vous indique que ce que j’ai pratiqué et qui m’a été utile pour éviter bien des désagréments…

 

Hébergements sur les Chemins de Compostelle :

Le plus gros problème, j’en suis sûr, pour tous les pèlerin(e)s sur tous les Chemins Jacquaires. Il est clair qu’on doit avant de partir à l’aventure, se munir d’un Guide récent, Miam-miam dodo ou autre et faire diverses recherches sur Internet (Voir les rubriques : Associations Jacquaires et Sites personnels). Évitez au maximum de partir avec un vieux Guide qu’on vous a prêté, qui ne sera plus d’actualité. Vous trouverez dans ces Guides à chaque fin d’étape, de précieux renseignements concernant l’hôtellerie, les auberges privées payantes, les gîtes d’Associations Jacquaires, les gîtes communaux, les Haltes de Compostelle etc… Pour ces derniers, le coût d’une nuit se situe entre 5 et 15 euros (France) entre 3 et 10 euros (Espagne); La demi-pension entre 25 et 35 euros. Il y a encore en France et en Espagne quelques hébergements qui fonctionnent avec le « Donativo » , c’est-à-dire qu’on est libre de donner ce que l’on veut. C’est à chacun d’estimer de manière raisonnable ce qu’il est juste de donner, de 3 à 35 euros selon ce qui est offert (Nuit seule ou nuit + petit-déjeuner ou demi-pension)

On n’est pas sur les Chemins de St-Jacques pour y pratiquer du tourisme gratuit ! Il y a toujours la possibilité d’aller à l’hôtel ou dans une chambre d’hôtes (En Espagne : Pension ou Casa Rural) pour un coût plus élévé, mais de temps en temps, cela fait un bien fou, de retrouver un peu de confort, je vous l’avoue ! Au cœur de l’Espagne, lisez bien votre Guide, arrivez si possible aux heures d’ouvertures des Mairies ( Ayutamientos ), ou des Offices de Tourisme (Oficina de Turismo), pour obtenir des renseignements concernant l’hébergement, le Chemin ou toute autre information dont vous pouvez avoir besoin. Parfois même (En Espagne) c’est dans des Bars ou auprès de la Police Locale que vous aurez renseignements et clé de l’auberge. Vous serez en général très bien accueillis, et votre credencial sera votre sésame qui vous permettra d’accéder à l’hébergement. ( Ne pas oublier de compléter la page de garde, avec vos coordonnées personnelles et le n° de votre pièce d’identité).

 

Lien avec le site de « L’Association de Coopération Interrégionale »
Les Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle
Conseils Pratiques

 

One Comment

  1. Bonjour Michel !
    Alors là, bravo ! Pour cet excellent travail, et pour tout le mal que tu te donnes dans l’Esprit du Partage, non pas, pour la parution de mes infos pratiques, parfois, je me surprends moi-même quand je me relis, et me demande, si c’est bien moi qui ai écrit tout ça ! … mais, c’est surtout pour la recherche des liens que tu as mis, qui peuvent donner bien d’autres renseignements qui aideront, je l’espère, tous les futurs pèlerins et futures peregrines qui marcheront sur nos pas… ( Au sujet des liens, pour pouvoir revenir sur cette page, ne cliquez-pas sur la petite x au-dessus de ce qui est épinglé, mais sur la flèche à en haut à gauche… pour revenir en arrière…
    Superbe le choix de tes photos !
    Amitiés de l’ami Gilbert d’Ahuy.

Invitation à écrire un commentaire...