Lettre de l’Hospitalité

Cliquez ICI

Bookmarquez le permalien.

One Comment

  1. Être hospitalier dans un Gîte ou Auberge de pèlerins a fait partie de mon vécu sur les chemins de Compostelle, 3 années de suite, dont une 15 jours, à Revel et surtout à Baziège, sur le Chemin d’Arles, juste avant d’arriver à Toulouse. Cela a été pour moi une très riche expérience avec tant de belles rencontres humaines l’espace d’un soir… il m’avait semblé que je le devais à l’Hospitalité de nos beaux chemins…de tous ces hospitaliers et hospitalières, pour la majorité très généreux et dévoués, qui ont su me rendre le moral certains soirs, que j’avais parfois au ras des chaussettes… je l’ai fait et ne le regrette pas, que de merveilleuses soirées d’amitiés autour d’une grande table, avec des pèlerins venus des quatre coins du Monde… Soirées où je faisais des tortillas, grandes platées de pâtes ou gâteaux de riz, que j’offrais généreusement à des pèlerins fatigués, et dont le moral était parfois bien bas… parfois même je les soignais comme je le pouvais… sans chercher aucuns remerciements, seulement, voir un beau sourire revenir au fond de leurs yeux pleins de belles visions vues au cours de leurs étapes, parfois un peu trop longues et par des temps épouvantables ou canicules insupportables ! — Ceci en rapport aux dons ou donativos qui ne couvraient jamais les dépenses faites pour l’achat des aliments, fruits ou boissons… sachez que ces séjours dans l’hospitalité ne sont jamais rémunérés et qu’il y a des trajets à faire pour s’y rendre, parfois très couteux, car habitant à l’autre bout de la France ! Alors, de grâce, ne parlons plus de ces dons minimes et ridicules qui gênent certains et certaines, surtout venant des hôteliers ou commerces installés depuis peu sur ces chemins pour exploiter cette manne tombée du ciel, qui n’acceptent pas l’Hospitalité gratuite, qui pourtant se pratiquait autrefois, du temps des premiers pèlerins du Moyen-âge !
    Croyez moi, ou pas, cette une expérience formidable que j’ai pu vivre et que je ne regretterai jamais !
    Ami Gilbert d’Ahuy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *