Réflexion de Guy Blanc sur le Camino

Mon premier chemin au départ d’Arles date de septembre 1999.
J ai voulu le parcourir cette année jusqu’à Puenta-la Reina.
On retrouve rapidement ce bien-être que donne la marche et qui permet la méditation…
Ce que chacun apprécie à des degrés différents.

A l’Isle-Jourdain, en 1999, j avais été logé dans le local des SDF,
le gîte ayant été réquisitionné par la municipalité pour un congrès politique.
Cette année, le gîte est occupé par les Migrants .

A Gimont, les gîtes sont fermés. Heureusement, un petit gîte prend vie avec 6 places.

Plaisir du chemin : A Anoye la photo souriante de Marie Gérard trône sur le rebord de la cheminée.

Passé le Somport, la vie espagnole anime le chemin…avec ses locaux profitant des gîtes le week-end.

De Puenta-la-Reina, je rejoins mes amis marseillais à Santander.

D’une vie monastique je vais passer à une vie de communauté…

Peu de monde sur ce Camino del norte, avec des hébergements de qualité.

A Arzua, par contre, une vague humaine avec des gîtes bondés… Nous sommes au « Pont de l Ascension ».

De nombreuses albergues sont nées : le prix 10€ et le repas 9€.

A Santiago, la Cathédrale est en travaux .
La messe a lieu en église de San Francisco.
Visite à Webcompostella.

Retour en Avion….
S’y prendre fort avant : Santiago -Marseille via Barcelone des 85 € par Vueling.

En conclusion : Le Camino reste le Camino.
C’est du bonheur dans toute sa splendeur !

Guy Blanc – Juin 2019

Bookmarquez le permalien.

3 Comments

  1. !! Alerte Canicule !!
    Au sujet de la chaleur intense annoncée en France, et je ne vous parle pas des caminos espagnols, où ça doit être la fournaise en ce moment… j’ai une petite pensée émue pour tous les pèlerins qui partent en ce moment !
    Même si je dois passer pour un pèlerin un peu loco pour certains… l’ami Gilbert d’Ahuy vous invite à suivre certains de ses petits conseils, qui peuvent vous éviter de vivre de tristes galères, de souffrir d’insolation, de déshydratation, et du coup, de forts maux de tête, de vomissements et autres malaises… et de crampes généralisées bien souvent, et aussi, d’assèchement buccal…et là, c’est infernal, je l’ai vécu sur le chemin du Levant, très mauvais souvenir ! Alors, pour ceux qui n’ont pas peur de consulter des blogs, vous pouvez consulter le mien, en allant dans mes Catégories : Pour ou contre marcher avec un grand parapluie : http://www.stjacquespassion.com
    Ou pour les autres :
    Avant de partir dans cette grande aventure,
    1 ) Achetez un grand parapluie ( Parapluie de Golf à Décathlon, très léger et très résistant, excellent comme parasol et pour bien d’autres fonctions, que vous pourrez tester dans vos randos de préparations ) et, si ça ne vous fait rien de le porter… Ou, dans le cas contraire, il existe aussi maintenant des plus petits qui s’accrochent sur le sac à dos… prendre des renseignements vers l’ami Michel d’Auzon, que j’ai finalement converti à son emploi, après bien des années…
    2 ) Prendre lors de ces canicules, 1 litre d’eau supplémentaire, tant pis pour le poids…on le boit très vite ces jours-là, car, il n’y a rien de plus désagréable que de se trouver à sec au beau milieu d’une sierra déserte !
    3) Attention à l’assèchement buccal ! c’est atroce !
    – Évitez ces jours de chaleurs intenses de boire du café, qui est un déshydratant ! de fumer bien entendu ! de consommer des aliments acides, piquants, salés, sucrés qui peuvent augmenter la sécheresse buccale, et enfin, évitez de boire et de manger trop chaud… Pour finir : boire le plus souvent possible,  » Mais  » en petites quantités… Jamais 1/2 litre d’eau d’un seul coup !c’est idiot! Puis, mâcher presqu’en permanence des fruits secs, comme les figues, gommes non sucrées, ou sucer des bonbons acidulés sans sucre… afin de saliver le plus possible…tout en buvant une petite gorgée d’eau avec.
    – Pour maintenir votre eau et vos aliments au frais, un petit truc d’un jeune hollandais baroudeur rencontré dans le Gers, un jour de canicule, merci l’ami : Mettez votre réserve d’eau et vos aliments à l’intérieur d’une laine polaire, mise à l’intérieur de votre sac à dos ! Je l’ai testé et vécu… l’eau arrive fraîche, même en fin d’étape !
    – Et pour finir : Partez le plus tôt possible ces jours de grandes chaleurs, juste à l’Aurore ! Pour finir vos étapes bien avant Midi !
    Buen Camino à tous et à toutes ! Préservez votre Santé, c’est votre plus grande Richesse !
    Gilbert d’Ahuy

  2. Il a bien raison Guy Blanc au sujet des grands Chemins de Compostelle… Il n’y a guère d’autres endroits, surtout si l’on part seul, avec son barda sur le dos… dans des endroits désertiques et dans des grandes solitudes, que l’on peut méditer avec autant de force, jusqu’à en perdre parfois la raison ! On peut dire que c’est l’un des plus grands chemins de la Vie ! Au retour, dans nos petites chaumières, il ne nous quitte plus ! Et tout défile sans cesse au fond de nos plus beaux souvenirs… les autres, on les oublie très vite ! Du moins, c’est ce que je ressens personnellement !
    Gilbert d’Ahuy en Côte d’Or.

  3. Merci à Guy pour ce regard sur les chemins de Compostelle d’hier et d’aujourd’hui!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *