Réflexions de José (José – 2013)

REFLEXIONS…………

Que suis-je allé chercher dans cette épreuve, moi qui ne suis pas croyant ? Je n’avais aucune réponse à cette question. Le sais-je maintenant ? Ce n’est pas sûr, car j’ai envie de recommencer pour en savoir plus. En réfléchissant, je pense que je ne suis pas revenu tout à fait pareil : je relativise un peu plus face aux diverses situations auxquelles je suis confronté . Ce n’est pas sur un coup de tête ou une lubie que suis parti . Cela me trottait dans ma caboche depuis pas mal d’années . Je suis un randonneur, pas un pèlerin ! Mais je savais que ce ne serait pas un « trek » de plus à mon actif . Je suis parti comme un « pèlerin »

jose1
Josette, ma compagne, randonneuse comme moi , ne comprenait pas trop que je veuille partir pour St Jacques tout seul. Elle m’a accompagné jusqu’à Logroño et depuis, je pense qu’elle a envie de repartir. Nous sommes donc partis de St Jean Pied de Port le 29 avril sous le soleil, pour un passage du col Lepoeder dans le brouillard, le froid et beaucoup de neige jusqu’à Roncevaux . Le lendemain, le temps s’est assagi et jusqu’à St Jacques je n’ai eu à subir que 2 ou 3 matinées de petite pluie .

jose2

A partir de Logroño, je me suis retrouvé seul ; c’est faux puisqu’on n’est jamais seul sur le chemin , les rencontres se sont multipliées riches en enseignements .

jose3

Le matin je partais souvent avec de la musique (très éclectique, depuis Beethoven, Pachelbel , sacrée, jusqu’aux variétés les plus diverses).
A chaque jour sa musique ou son silence, ponctués de réflexions, de pensées, de méditation
ou de différents questionnements, tout ce qui fait ma « spiritualité ».

Que de rencontres magnifiques, que d’instants de pure émotion, allant parfois jusqu’aux larmes, que d’humilité .
Les frissons me viennent encore en y pensant.

jose4
Que dire de cet italien de 78 ans qui refaisait le chemin 10 ans après, mais avec une seule jambe, cette fois . Que dire de cette dame espagnole qui m’avait plaint en cours de route en voyant l’état de mes pieds avec ampoules, cette même personne qui s’est jetée dans mes bras lors de la messe à St Jacques en me disant en larmes: « José, nous avons réussi  » Elle avait fait ce pèlerinage car elle avait perdu son fils de 30 ans ! Physiquement le chemin n’a pas été une grande épreuve, car j’étais bien préparé, cependant, tout au long, j’ai souffert d’ampoules, non pas une ou deux, mais des dizaines et cela jusqu’à St Jacques. Changement de chaussures (de rando bien rodées, tennis, sandales…) changement de chaussettes, divers onguents, pommades etc…, rien n’y a fait .

jose5Ce n’est pas important, je recommencerai . Je ne vais pas décrire mes étapes, je pense que ce bout de chemin est connu de la plupart d’entre vous.

Personnellement, il m’a permis de me remémorer beaucoup de choses de ma vie,
épisodes heureux ou malheureux et de réfléchir un peu sur le sens de ma vie en relativisant énormément.

Après mon petit séjour à Santiago, je ne voulais pas rentrer, aussi mon retour s’est effectué par petites doses,
en train en passant par Barcelone où je suis resté quelques jours, puis par Perpignan où j’ai fait de même .

Pourquoi suis-je parti? 
Pourquoi je veux repartir ?
Ai-je changé ?
Je me pose plus de questions qu’avant !

Buen Camino à tous !

José

jose6 La meseta...

jose7Albergue municipal à Azofra

jose8 Santo Domingo de la Calzada
( Le coq a chanté – C’est un bon présage)

jose9En arrivant à Castrojeriz

jose10 Je m’abrite de la chaleur avec les moyens du bord

jose11Les fameux poulpes de Melide

jose12 Albergue écolo à Arca

 

Invitation à écrire un commentaire...