Sortie Presqu’ile de Giens – 2 avril 2016 – Une journée pleine de sens

 

Sortie Presqu’île de Giens – Boucle autour de La Madrague – Samedi 2 avril 2016
Une journée pleine de sens

Giens2016-1

Pourquoi un tel titre pour cette journée où nous étions 13 dont 3 randonneuses mal voyantes et  leurs accompagnateurs ? parce que tous les sens étaient aujourd’hui en éveil : d’abord l’ouïe, excitée par un vent parfois violent, enveloppant ce bout de presqu’île, l’ayant modelée au fil du temps, avec une végétation resserrée, parfois rabougrie, formant une couverture dense ondulant avec le relief. Un vent dont nous avons eu du mal à nous protéger à l’heure du pique-nique, recroquevillés pour tenter d’y échapper. Nos deux animateurs en chef (Jacques et Jean François)  sont particulièrement doués pour l’observation géographique et météorologique, de telle sorte que pour échapper à un vent d’est nous sommes allés plein est, avec comme résultat, ce pique-nique bien arrosé par le vent…

L’ouïe certes, mais aussi cette agilité exceptionnelle de nos amies non voyantes, des artistes ai-je envie de dire, tant le simple mouvement ou geste de la personne devant elles, leur indique la marche, pierre ou racine, plus ou moins haute, à gravir. Oui du grand art, c’est le mot, d’autant plus que ceux qui connaissent ce parcours, savent combien il est difficile avec du dénivelé, beaucoup de cailloux acérés, des petits arbustes plus ou moins taillés dont il faut se méfier, des racines qui sont autant de pièges…et assez souvent de beaux précipices à la verticale de l’étroit chemin. Voir le vide ou ne pas le voir, « that is the question » : cela a bien fait rigoler nos amies mal voyantes quand elles ont compris que certains d’entre nous avaient bien plus peur qu’elle devant ces à pics.

Giens2016-2

Bien agiles et actifs, n’oublions pas les deux chiens accompagnateurs qui ont pris toute leur place dans la ballade ; pour eux c’était jour de détente et ils s’en sont donnés à cœur joie, courant dans tous les sens et faisant sans doute deux fois plus de distance que nous..

Le camino était également parmi nous car nous avons chanté « Ultreïa », un peu moins mal que par le passé suite aux leçons du professeur Jean Claude Benazet. Naturellement, les circonstances nous ont aussi fait chanter « vent frais, vent du matin… »

Mais où était passé le soleil aujourd’hui ? absent du ciel il était dans les cœurs, avec ces  moments de partage et cette belle maxime qui résume tout, pleine de sens à mon avis, proposée par Geneviève, une des accompagnatrices : les mal voyants écoutent, ils ont une totale confiance dans les mots dits par nous, des mots qu’ils prennent au pied de la lettre pour avancer…à méditer pour les grands bavards que nous sommes, qui parlent davantage qu’ils n’écoutent.

Ayant déjà fait un petit bout du chemin de Saint Jacques de Tours à Poitiers, nos amies mal voyantes feront Poitiers Saintes à l’automne. On se propose de nous revoir à l’une de nos réunions mensuelles de fin d’année pour continuer de  parler de nos aventures caminesques…

Marc Tassel

Giens2016-3